Il existe actuellement deux modes de sépulture : l’inhumation et la crémation. L’inhumation est la plus courante et la plus prisée. Néanmoins, la crémation gagne du terrain, car elle offre de nombreux avantages. Mais quelle est la différence entre ces deux pratiques ? Laquelle choisir ?

L’inhumation, la coutume

L’inhumation, principalement connue sous le nom d’enterrement, c’est la mise à terre du corps du défunt. En général, elle se passe dans une cimentière ou dans une fosse commune, dans une concession familiale ou individuelle : en pleine terre, dans un caveau, dans un caveautin, dans un enfeu, dans un columbarium… Elle doit être effectuée au plus tard 6 jours après le jour du décès (weekend et jours fériés non compris). Cependant, il faudrait respecter quelques règlements imposés par la loi :
· La famille doit avoir un permis d’inhumer
· Le corps doit être déposé dans un cercueil et les soins de conservation sont obligatoires
· ou les cendres dans une urne avant d’être transposées dans la cimentière
Généralement une cérémonie accompagne l’inhumation afin que les proches puissent se recueillir et adresser un dernier adieu au défunt.

La crémation, autorisée en France depuis des années

La crémation, également appelée incinération, c’est l’action de brûler le corps et le réduire en cendre. Une cérémonie religieuse ou civile peut précéder la sépulture. Au crématorium, le cercueil contenant le défunt sera exposé dans un four chauffé à près de 900°C pendant environ 45 minutes. Ensuite, les cendres seront placées dans une urne. Puis, les proches peuvent inhumer l’urne dans un caveau, caveautin… Il est également possible de les disperser dans la nature, dans une cimentière, dans la mer… Toutefois, il faudrait éviter la voie publique.

Laquelle est la plus abordable ?

Avant de choisir entre crémation et inhumation, il faudrait d’abord vérifier si le défunt a laissé une dernière volonté. Si c’est le cas, il faudrait alors s’y conformer. Dans le cas contraire, les proches pourront choisir en fonction de leur budget :
· L’inhumation : les dépenses liées à ce mode de sépulture sont évaluées entre 3000 à 5000 euros
· Ou la crémation : c’est la plus accessible. La famille peut prévoir une somme moins conséquente en choisissant cette option. Prévoyez en moyenne 3000 euros pour l’organisation
En tout cas, il convient de comparer les offres pour dénicher la meilleure affaire puisque le prix peut varier du simple au double selon le prestataire. De même, pour réduire les frais de déplacement, préférez une agence située non loin de votre ville ou du lieu d’inhumation.